Robins des rues
Espace bénévoles

Association d’aide et accompagnement aux personnes démunies


Accueil > ACTUALITÉS >

Robins des Rues, association militante ?

Je suis bénévole à robins des rues depuis plus de 6 ans et j’anime des réunions d’accueil de bénévoles depuis un certain temps maintenant. Il y a quelques temps l’une des personnes présentes m’a dit être attiré par l’aspect militant de l’association. Bien gêné, elle m obligeait soudain à justifier un militantisme que je n’avais pas réellement interrogé jusqu’alors. Après quelques tergiversations rhétoriques, je n’eus plus de doutes sur ma réponse : Robins des Rues est bien une association militante. Triplement militante même, globalement, localement et par son action.

Globalement par son adhésion, sa participation, à des groupements capables de mener un travail de lobby et de mise en alerte (FNARS, Les Morts de la Rue).

Localement ensuite, parce que son action s’inscrit sur son territoire, soit, en lien avec les maraudes professionnelles, les coordinateurs et les mairies. L’action des Robins n’est pas une lubie, elle est soucieuse depuis sa création d’appartenir au maillage, par trop insuffisant, des acteurs allant vers les personnes les plus précaires. Indépendante financièrement et uniquement bénévole, mais responsable.

Par son action enfin, par les maraudes, mais aussi par les liens qu’elle tisse avec les personnes et le temps qu’elle se donne pour cela.
Il y a deux fois plus de personnes sans hébergement qu’hier et deux fois moins que demain (http://www.fondation-abbe-pierre.fr/21e-rapport-etat-mal-logement-2016). Merde.
A cela, individuellement, on ne peut pas grand chose. Alors on fait collectivement mais on fait aussi valoir son action. C’est ça être militant. Pas besoin de le hurler, ou d’essayer de convaincre quiconque.
Cette association milite pas son action.

Dorénavant, durant l’accueil des personnes souhaitant devenir bénévoles, je dirai que Robins des Rues agit avec la spontanéité d’un enfant et la responsabilité d’un adulte. Que comme ce que l’on fait, qui n’est pas grand chose et ne change visiblement rien, nous sommes tout petits.

Des tout petits grands.

Benjamin